Le Centre d’interprétation du cuivre aurait pu éviter la fermeture, selon la mairesse

134

La mairesse de Murdochville affirme que la fermeture du Centre d’interprétation du cuivre cet été aurait pu être évitée.

L’organisme évoque sa situation financière précaire pour justifier sa décision, lui qui a accumulé une dette de 185 mille dollars.

Selon Délisca Ritchie-Roussy, après l’incendie du bâtiment en 2012, le conseil municipal de Murdochville souhaitait que le montant de 1,4 million obtenu des assurances pour la reconstruction soit utilisé pour mettre en place un centre multifonctionnel.

Selon elle, l’endroit aurait assuré la pérennité du centre d’interprétation du cuivre, en plus d’abriter le centre de ski, un musée de motoneige et un kiosque d’information touristique ouvert à l’année.

 

Délisca Ritchie-Roussy affirme que Murdochville n’a pas les moyens de payer les dettes du centre d’interprétation, d’autant plus qu’il n’y a pas de plan de redressement pour l’avenir.

 

Selon la mairesse, en 2011, la municipalité avait déboursé 70 000 $ pour éponger le déficit de l’époque.

Elle espère la mise en place d’un nouveau conseil d’administration qui pourra présenter un projet de restructuration pour que le Centre d’interprétation du cuivre ouvre ses portes à l’été 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE