Le bar rayé ne représenterait pas une menace

612

Le ministère de la Faune n’a pas de raison de croire que le bar rayé est un danger pour les autres espèces qui constituent son garde-manger.

Ces dernières années, les biologistes du ministère ont remarqué une augmentation rapide des populations de bar rayé. Une bonne chose pour ce poisson qui avait frôlé le statut d’espèce menacée au début des années 1990.

La biologiste pour la direction régionale de la Gaspésie Îles-de-la-Madeleine du ministère de la Faune, Valérie Bujold, explique tout de même que le bar rayé n’est pas en surabondance dans son environnement.

 

Le ministère met justement en place des modalités pour assurer la reproduction du poisson, en ne permettant aux pêcheurs de garder que les poissons entre 50 et 65 centimètres, par exemple.

Bien qu’il se retrouve souvent dans les embouchures de rivière, le bar rayé ne semble pas se nourrir spécialement de saumon, selon Valérie Bujold.

 

Rappelons que c’est au terme d’une analyse préliminaire sur les populations de bar rayé que le ministère a pu annoncer la semaine dernière, la prolongation de la pêche avec rétention jusqu’au 31 octobre. Il faudra toutefois attendre la fin de l’année pour connaître les statistiques précises récoltées par Pêches et Océans Canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE