A quelques jours du trou noir pour des travailleurs d’usine de crevette

595

Les travailleurs d’usine de crevette du Grand-Gaspé s’inquiètent de la lenteur des négociations sur le prix payé au débarquement cette saison.

Plus de 300  personnes, dont près de 130 syndiqués CSN à l’usine Marinard, sont en attente que les pêcheurs effectuent les premiers débarquements cette année. Trois semaines après l’ouverture, les négociations n’ont pas abouti.

Le vice-président du syndicat des employés CSN chez Marinard, Omer Ouellet, explique que certains membres sont inquiets de ce retard puisque leurs prestations d’assurance-emploi prendront fin dans quelques jours.

De plus, certains observateurs laissent entendre que la ressource est plus rare depuis le début de la saison, ce qui vient amplifier les inquiétudes des travailleurs d’usine de la Pointe gaspésienne.

Pour Omer Ouellet, c’est toute l’économie du secteur de Rivière-au-Renard qui subie les conséquences du retard du début de la pêche à la crevette.

Selon nos informations, les industriels et les pêcheurs attendent le dévoilement du prix payé aux usines de Terre-Neuve qui devrait se faire jeudi ou vendredi. Au lendemain de cette annonce, il pourrait y avoir un dénouement pour les usines de Rivière-au-Renard et de l’Anse-au-Griffon.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE