Cigarettes et boissons sucrées : Consommation au-dessus des moyennes

62

Si moins de personnes fument la cigarette en Gaspésie et aux Îles, la consommation de boissons sucrées est pour sa part élevée et a un effet sur l’embonpoint, particulièrement chez les jeunes.

C’est ce que démontre la dernière enquête québécoise sur la santé de la population 2014-2015 qui vient d’être publiée.

Si l’on apprend que la population a diminué sa consommation de cigarette de moitié depuis les années 80, il reste que 22 % des Gaspésiens fument toujours, soit sensiblement la même chose que le reste du Québec.

L’écart grandit cependant entre les 25 à 44 ans, alors que le tabac trouve preneur pour 30 % d’entre eux, comparé à 22 % dans la province.

Le directeur de la Santé publique, le Dr Yv Bonnier Viger, explique que c’est aussi le même phénomène chez ceux qui consomment des boissons sucrées. Si les chiffres sont pratiquement similaires chez les 15 à 24 ans pour la région et le Québec, l’écart devient plus  grand chez les 25 à 44 ans.

 

La consommation de boisson sucrée a aussi un effet direct sur le surplus de poids puisque 62 % des Gaspésiens sont dans cette situation comparée à 53% pour le reste du Québec. Les jeunes sont aussi plus touchés selon le Dr Yv Bonnier Viger.

 

Cette enquête sur la santé a tout de même de bonnes nouvelles, selon le directeur de la Santé publique. Les jeunes de 15 à 24 ans sont plus actifs que ceux du reste du Québec.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE