SOUTIEN FINANCIER DU PRIVÉ

    40

    Le Conseil régional de l’Environnement songe à jouer sur le terrain des entreprises privées pour combler les pertes associées à la diminution du soutien financier gouvernemental.

    Interlocuteur privilégié du gouvernement sur des questions comme les hydrocarbures, les ressources minières et l’eau, l’organisme a subi une baisse non-négligeable de sa subvention au fonctionnement.

    Le financement a diminué de 10 %, ayant passé de 105 000 dollars à 95 mille dollars annuellement.

    De plus, les fonds disponibles pour réaliser des projets ponctuels portant sur l’environnement ont diminué et certains programmes ont été abolis.

    Les organismes comme le Conseil de l’Environnement de la Gaspésie doivent donc composer avec un moins grand nombre de programmes qui leur permettaient de consolider leurs emplois et payer leurs frais fixes.

    Lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme, le maire de Saint-Alphonse, Gérard Porlier, a suggéré que l’organisme devienne un fournisseur de services aux municipalités pour remplir certains mandats.

    La directrice du Conseil de l’Environnement de la Gaspésie, Caroline Duchesne, note, en effet, que cette idée mérite d’être évaluée. D’ailleurs, certains conseils régionaux de l’environnement jouent déjà sur ce terrain :

    N531

    Si les sources de revenus ne se diversifient pas et que le coussin financier de 27 mille dollars continue à fondre, le conseil de l’environnement pourrait aussi se résigner à fermer pendant quelques semaines l’été.