SAUVETAGE DE FORT-PRÉVEL

    43

    Les Villes de Gaspé et de Percé discutent avec la Sépaq pour sauver le site de l’Auberge de Fort-Prével et ne ferment pas la porte à s’en porter acquéreurs.

    La Société des établissements de plein air du Québec tente depuis plus d’un an de trouver un promoteur pour prendre en charge Fort-Prével, mais sans succès. Seule la communauté micmaque de Gespeg s’est montrée intéressée par le site en 2013, pour ensuite se désister.

    Ce sont les difficultés financières qui posent problème.

    Les chiffres démontrent que Fort-Prével n’est pas rentable depuis plusieurs années. Entre 2008 et 2013, c’est plus de 3,3 millions de dollars de pertes qui ont été enregistrées. En 2014 le complexe a connu une baisse de 9% de son achalandage.

    La Sépaq a confirmé à Radio Gaspésie ce printemps que le scénario d’une fermeture n’est maintenant plus écarté pour l’an prochain.

    Pour cette raison, le maire, Daniel Côté, affirme que Gaspé et Percé discutent avec Société des établissements de plein air afin d’éviter la fin des opérations du site de Fort-Prével.

    Daniel Côté confirme aussi que les deux municipalités ne ferment pas la porte à devenir propriétaires du site, mais auparavant, la SEPAQ devra fournir plusieurs informations et aussi, des moyens financiers pour remettre à niveau les infrastructures.

    Un comité de citoyens a aussi vu le jour pour sauver le site de Fort Prével.

    L’Auberge et le Golf de Fort Prével embauchent une trentaine de personnes de façon saisonnière.

    Journaliste: Richard O’Leary