POUR PLUS TARD

    35
    Photo : Pétrolia

    petroliacd

    Le TechnoCentre des hydrocarbures aurait souhaité que le Cégep de la Gaspésie et des Îles participe à son développement.

    L’organisme réagit à la décision de l’institution de ne par siéger sur son conseil d’administration. Le TechnoCentre voulait profiter de l’expertise du cégep pour poursuivre son déploiement et pour évaluer le potentiel de la formation liée aux métiers entourant le secteur gazier et pétrolier.

    Le président, Charles Bernier, affirme être un peu déçu, mais ne lance pas la serviette pour autant.

    Dans son processus de développement, le TechnoCentre des hydrocarbures veut d’abord identifier les opportunités pour les entreprises afin de répondre aux besoins de l’industrie.

    Évidemment la formation deviendra tôt ou tard un élément important afin d’éviter que les travailleurs ne proviennent de l’extérieur de la région, selon Charles Bernier. Ce dernier envisage aussi de frapper à la porte de la Commission scolaire des Chics-Chocs.

    La création d’un Centre collégial de transfert et technologique n’est pas écartée par le TechnoCentre des hydrocarbures puisqu’il viendrait conférer à la région une certaine exclusivité sur la recherche et la formation dans ce secteur au Québec. D’autant plus que les activités d’exploration et éventuellement d’exploitation de l’industrie se déroulent en Gaspésie et sur l’île d’Anticosti.

    Journaliste: Richard O’Leary