PAS INQUIET…

    30

    La fermeture du Centre de communication et de trafic maritime à Rivière-aux-Renards préoccupe moins les pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine.

    Si la nouvelle a créé une onde de choc en Gaspésie, il semble qu’aux îles ce ne soit pas le cas.

    Les pêcheurs de la région croient que la centralisation des communications aux Escoumins, sur la Haute-Côte-Nord risque de mener à des catastrophes.

    Beaucoup moins préoccupé, Marcel Cormier, président de la Fédération des pêcheurs semi-hauturiers du Québec, compare l’inquiétude gaspésienne à celle qui prévalait aux Îles lors de la fermeture de la radio maritime de Cap-aux-Meules, en 1998. À l’époque, les opérations avaient été transférées à Rivière-au-Renard et les pêcheurs des Îles avaient les mêmes préoccupations que ceux de la Gaspésie.

    Pour sa part, le député néo-démocrate de la région, Philip Toone, affirme que la centralisation des communications d’urgence de la Garde-côtière aux Escoumins menace la sécurité des navigateurs et des pêcheurs.

    À son avis, les appels provenant des bateaux les plus près de la station seront priorisés au détriment de ceux qui en seront plus éloignés :

    Le député Toone promet que le NPD, s’il est porté au pouvoir en octobre, rouvrira toutes les stations radio de la Garde-côtière fermées par le gouvernement Harper, pourvu que leurs équipements ne soient pas démantelés d’ici là.