PLAN DE SAUVETAGE DU RAIL

    30

    Pour sauver le rail gaspésien de la faillite, un groupe d’hommes d’affaires de la Baie-des-Chaleurs propose de payer les créanciers et d’acquérir une partie du rail.

    En échange, le groupe réclame du gouvernement qu’il prenne à sa charge les investissements requis pour mettre à niveau les infrastructures sur l’ensemble du réseau, de Matapédia à Gaspé. Cette proposition a été déposée à Québec jeudi.

    Propriétaire de l’entreprise Rail GD à New Richmond, Gilles Babin précise que la dette de la Société de chemin de fer de la Gaspésie se situe maintenant à 4,2 millions de dollars au lieu des 3,2 millions de dollars annoncés en novembre.

    Le groupe veut aussi mettre la main sur le rail entre Matapédia et Caplan et une partie des actifs de la société, comme les locomotives et autres biens roulants, afin d’opérer le tronçon dans ce secteur. Cette offre permettrait d’éviter un démantèlement, estime Gilles Babin :

    L’entrepreneur précise que le MTQ a déjà agi ainsi ailleurs au Québec pour d’autres tronçons ferroviaires.
    Gilles Babin a bon espoir que cette proposition soit acceptée par le gouvernement du Québec et mise sur l’aspect économique pour convaincre ce dernier :

    L’offre formulée au ministère des Transports vise à ce que la Société de chemin fer demeure propriétaire du tronçon entre Caplan et Gaspé.

     

     

     

    PARTAGER
    Article précédentTRAIN TOURISTIQUE INCLUS
    Article suivantAIDE À LA FORMATION

    Radio Gaspésie est la station numéro 1 de la pointe gaspésienne. Notre équipe est composée de 17 employés. Radio Gaspésie est une entreprise d’économie sociale. Par sa nature et ses activités, Radio Gaspésie est un acteur important du développement régional durable. Radio Gaspésie offre un service de l’information avec 3 journalistes et des pigistes pour couvrir la Côte-de-Gaspé et le Rocher-Percé. Nous sommes le reflet de la culture locale et régionale. Nous sommes le partenaire média de toutes les manifestations culturelles et sportives sur notre territoire.