Jean-François Lisée promet plus de pouvoir aux régions, mais pas de mur-à-mur

76

Le chef du Parti Québécois s’engage à une plus grande décentralisation pour les régions et n’entend pas leur imposer une structure unique de gouvernance régionale.

Depuis l’abolition en 2015 des conférences des élus et des centres locaux de développement par le gouvernement libéral, des régions, comme la Gaspésie, tentent de remplacer ces instances par d’autres structures. La CRÉ était l’interlocutrice avec le gouvernement et jouait un rôle de concertation et de développement.

S’il est élu en 2018, le chef du Parti québécois n’entend cependant pas ramener obligatoirement cette structure. C’est ce que Jean-François Lisée a affirmé lors de son passage en Gaspésie, cette semaine. Il dit comprendre les différences qui existent entre les régions et ne pas vouloir imposer de modèle.

 

Jean-François Lisée entend respecter et appuyer le choix des régions.  Il veut intégrer cette notion dans le prochain programme du parti qui est en élaboration.

 

Jean-François Lisée a donné l’exemple des tables de préfets, comme en Gaspésie,  en précisant que cette structure pourrait être celle désignée si la région le souhaite.

Le Parti québécois doit présenter son programme lors du congrès du parti en septembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE