CAUSERIE DU MOIS DE JANVIER AU MUSÉE DE LA GASPÉSIE

54
Le Musée de la Gaspésie est fermé aujourd'hui en raison d'un dégât d'eau. Photo: Archives
C’est avec grand plaisir que le Musée de la Gaspésie vous invite à sa première conférence de l’année 2014. Pour l’occasion, nous recevons M. Olivier Matton, coresponsable de la conservation et de la recherche du Parc national de Miguasha, qui vient nous entretenir de la plus récente découverte du site fossilifère de Miguasha, l’Elpistostege watsoni.
 
Dévoilé lors du congrès de la « Society of Vertebrate Paleontology » de Los Angeles le 30 octobre dernier, le fossile d’Elpistostege watsoni  constitue la plus importante découverte en 135 ans de fouilles dans la falaise du parc national de Miguasha. En effet, ce fossile, qui date du Dévonien (380 millions d’années), période géologique où les poissons dominaient la vie animale, permettrait de mieux expliquer le passage des vertébrés de l’eau à la terre ferme.

En plus d’être un témoin précieux de l’histoire de l’évolution de la vie sur Terre, Elpistostege watsoni fait la fierté des chercheurs québécois impliqués dans la découverte, la conservation et l’étude de ce spécimen unique au monde. Au-delà de la communauté scientifique, c’est toute la collectivité qui devrait se réjouir de la découverte de ce fossile qui sera étudié et conservé en terres québécoises pour les générations futures.
 
Diplômé en biologie et en pédagogie de l’Université Laval et titulaire d’une maîtrise en Sciences de la Terre de l’Université du Québec à Montréal, Olivier Matton se passionne pour les fossiles depuis sa tendre enfance. À l’été 2000, c’est un emploi étudiant à Miguasha qui lui a permis de découvrir la richesse scientifique unique et l’univers paléontologique fascinant de cette falaise gaspésienne aux mille secrets enfouis. Depuis 2008, il occupe le poste de coresponsable de la conservation et de la recherche au parc national de Miguasha, tout en accordant une grande importance à la vulgarisation scientifique de ce bien du Patrimoine mondial de l’UNESCO.
PARTAGER
Article précédentEMPRISONNÉ EN ISRAËL
Article suivantBILAN NÉGATIF