UNE COLLABORATION DE L’ISMER?

35

L’Institut des sciences de la mer de l’Université du Québec à Rimouski s’attend être mandaté pour combler le manque de connaissance dans le dossier des hydrocarbures du Golfe Saint-Laurent.

Dans son évaluation environnementale stratégique remise au gouvernement Marois, la firme Génivar relève plusieurs lacunes, dont l’absence de données sur les courants et les glaces et sur les composantes physiques et biologiques du milieu.
Le directeur-général de l’ISMER, Serge Demers, fait valoir que l’expertise de son institution est même sollicitée par l’Argentine pour un dossier similaire dans la baie de San Jorge :


Cela dit, le gouvernement Marois ne se serait pas tourné naturellement vers l’ISMER, pour faire avancer les connaissances dans le dossier des hydrocarbures en milieu marin.
Serge Demers explique qu’il a lui-même dû faire les approches, pour vanter les mérites de son institution :

 

Dans la foulée du rapport Génivar, le gouvernement Marois a déjà annoncé la mise sur pied de deux groupes de travail sur les volets économiques et techniques de la mise en valeur des hydrocarbures du Golfe.
Selon Serge Demers, les éventuels travaux que l’ISMER se verrait confier pour combler les manques de connaissance scientifique seraient menés en parallèle.