Témoignage d’un policier concernant le blocus sur le site de Junex

880

Les dommages causés par le groupe d’activistes anonymes sur le site de Junex sont estimés à plus de 100 000 $.

C’est ce qu’a affirmé le sergent Dominique Roy, qui était appelé à témoigner lors de l’enquête sur remise en liberté de Fredrick Stoneypoint, arrêté lundi soir près d’un des murs érigés pour empêcher l’accès au puits Galt 4.

Lorsque les policiers sont intervenus pour mettre fin au blocus, ils ont pu constater les dégâts. 3 barricades bloquaient le passage à tout véhicule. Selon le sergent, le groupe semblait prêt à protester, puisque des fumigènes, un cocktail Molotov, des feux d’artifice et des pièges faits de bouts de métal suspendus ont été retrouvés sur place. Le puits de pétrole n’a pour sa part pas été touché.

Selon le sergent, le campement du groupe semblait bien organisé et laissait supposer que plusieurs personnes y avaient vécu, mais aucun autre n’a pu être arrêté, à l’exception de Fredrick Stoneypoint.

Les avocates de la défense, Raphaëlle Desvignes et Arij Riahi. Photo : Sonia Landry

La procureure de la couronne a plaidé pour que l’Ontarien demeure incarcéré, en attendant son procès. Elle craint qu’il soit un risque pour la sécurité publique et qu’il ne s’y présente pas le temps venu.

De son côté l’avocate de la défense a insisté sur le fait que l’étudiant de 29 ans avait l’appui de sa communauté et de ses professeurs de l’Université Carleton où il étudie la sociologie. Une campagne de financement en appui avait d’ailleurs atteint plus de 1000 dollars, sur Internet, jeudi soir.

Une manifestation avait lieu en simultané à Montréal. Photo : Colin Pratte

Une quinzaine de militants environnementalistes étaient au palais de justice pour appuyer l’autochtone. Le président d’Environnement Vert Plus, Bilbo Cyr:

 

Le juge, Denis Paradis, a finalement fait connaître sa décision, ce matin. Fredrick Stoneypoint a été libéré, sous conditions.

Appui de Manon Massé

Par ailleurs, la députée de Québec Solidaire, Manon Massée, a fait une sortie publique ce matin pour critiquer le gouvernement qui a financé Junex pour qu’elle sorte d’Anticosti. Elle craint que la compagnie pétrolière puisse maintenant « s’en donner à cœur joie en Gaspésie ».

Elle souligne que le camp citoyen s’opposant aux activités d’exploration de Junex est la résultante de l’absence de consultation pour ce projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE