Tempête de neige extrême : La Gaspésie aurait-elle été prête à intervenir?

223

Des automobilistes coincés sur une route lors d’une importante tempête de neige seraient secourus assez rapidement, selon le maire de Gaspé. Difficile d’en dire autant pour le secteur de Murdochville.

Les événements survenus à Montréal et à Montmagny, où des personnes sont demeurées  coincées dans leur véhicule durant plusieurs heures et où certaines sont même décédées, rappellent aux municipalités l’importance de l’application de leur plan de mesures d’urgence.

Le directeur de la Sécurité civile pour le Bas-Laurent-Gaspésie-les Îles, Jacques Bélanger, affirme que lors des tempêtes, son organisme enclenche les opérations avec la Sûreté du Québec et le ministère des Transports. Dans le cas où la situation est plus difficile, cela pourrait nécessiter l’implication des municipalités et de leurs services des incendies.

 

Pour le maire de Gaspé, Daniel Côté, la proximité de la population viendrait certainement aider dans de telles circonstances et permettrait de secourir plus rapidement les personnes en difficulté.

 

Cependant, si dans la majorité des secteurs de La Côte-de-Gaspé, les automobilistes en difficulté peuvent utiliser leur cellulaire pour rejoindre le service 911, ce n’est pas le cas pour la route 198, entre Gaspé et L’Anse-Pleureuse.

La mairesse de Murchoville, Délisca Ritchie-Roussy, ne manque pas de signaler cette lacune.

 

Les opérations en cas de tempête majeure ne se limitent pas aux routes, puisque le 4 mars dernier, des pompiers de Gaspé sont intervenus en forêt près de L’Anse-à-Valleau pour secourir des motoneigistes qui avaient perdu leur chemin.

Écoutez les entrevues complètes sur le sujet réalisées à l’émission O’Leary le midi.

LAISSER UN COMMENTAIRE