Quai de Percé : La SÉPAQ veut faire partie de la solution

361

La SEPAQ se dit prête à participer à la recherche de solution afin d’assurer l’entretien du futur quai de Percé.

L’an dernier, la Ville de Percé avait demandé à Pêches et Océans Canada un report de la construction du nouveau quai, puisqu’elle ne s’était pas entendue avec les entreprises de croisières pour créer un fonds d’entretien. Ces dernières refusaient d’assurer seules les frais.

Les négociations, qui mènent aussi à la cession du quai à la Ville,  sont au point mort depuis l’automne dernier selon l’entreprise Les Bateliers de Percé.

Cependant, la Société des établissements de plein air du Québec dit aujourd’hui vouloir s’asseoir avec les différents intervenants pour faire partie intégrante de la solution. Sans préciser la forme que prendra cette participation, la responsable des communications à la SEPAQ, Lucie Boulianne, n’écarte pas sa participation à un fonds pour l’entretien.

 

La société ne souhaite cependant pas acquérir le futur quai de Percé.

 

Pour la gestionnaire des Bateliers, Mona Cahill, cette ouverture de la SEPAQ est bien accueillie.

 

L’entreprise affirme aussi que dans l’éventualité où le quai de Percé n’est pas accessible cet été, les bateaux partiront de L’Anse-à-Beaufils.

Pour sa part,  Pêches et Océans attends qu’il y ait une entente entre la Ville de Percé et des utilisateurs pour assurer l’entretien du quai, avant d’investir pour une nouvelle construction.

LAISSER UN COMMENTAIRE