Projet de loi 106 : Bénéfique selon le CPQ

390

Le Conseil du patronat du Québec se positionne en faveur du projet de loi 106.

On se souvient que dans le cadre de la commission parlementaire sur le projet de loi 106 (il y a deux semaines), plusieurs élus et environnementalistes ont demandé la scission de ce projet de loi qui balise à la fois l’exploitation et l’exploration des hydrocarbures et la transition énergétique du Québec vers des énergies propres.

Contrairement aux pourfendeurs de cette loi, le Conseil du patronat ne voit pas d’incohérence dans cette proposition. Il affirme que le projet de loi 106 constitue une avancée pour l’avenir économique du Québec et pour l’atteinte de ses cibles en matière de transition énergétique.

Louis-Thomas Dorval, directeur du Conseil du patronat, pense que le retrait du volet des hydrocarbures du projet de loi 106 serait une erreur puisque, selon lui, la transition énergétique et la question des hydrocarbures vont de pair :

 

Le directeur du Conseil du patronat ne s’inquiète pas non plus outre mesure du fait que le projet de loi 106 donne un pouvoir d’expropriation aux compagnies. Selon lui, il s’agit d’un processus très complexe et rigoureux qui ne sera pas utilisé à la légère :

 

Pour M. Dorval, le fait d’accorder trop d’importance à l’acceptabilité sociale d’un projet risque de tuer toute initiative de développement dans l’œuf.

En outre, le Conseil craint que les exigences au niveau des obligations réglementaires ne viennent freiner les opportunités pour les entreprises, et demande au gouvernement de simplifier et clarifier davantage les processus de validation pour la mise en place des projets d’exploration et d’exploitation.

LAISSER UN COMMENTAIRE