Premier rapport du comité de suivi environnemental de la cimenterie

120

Après 2 ans d’existence, le Comité de suivi environnemental de la cimenterie de Port-Daniel affirme avoir maintenant atteint sa vitesse de croisière.

Ce comité a été mis sur pied lors du processus de médiation entre le Centre québécois du droit de l’environnement, le Conseil régional de l’environnement, Nature Québec et Ciment McInnis.

Le groupe a pour mission de suivre les engagements environnementaux de la cimenterie et d’y apporter son point de vue. Le comité s’intéresse à la réduction des gaz à effet de serre, aux impacts du terminal maritime et à ceux que la cimenterie pourrait avoir sur les milieux humides.

Le projet d’utiliser la biomasse forestière comme combustible a été l’une des priorités du comité. Le porte-parole, Richard Loisel, explique que cette idée chemine et qu’une étude de faisabilité, qui propose différents scénarios, pourrait être déposée en juin.

 

Certains membres du comité s’étaient plaints de la lenteur des communications entre le promoteur et le comité, lors des premières rencontres. Richard Loisel affirme que le mode de transmission de l’information a évolué de façon positive.

 

Les membres du comité ont tenu à préciser dans leur rapport que leur participation ne constitue pas un appui au projet, mais une façon de contribuer en amont à la réduction des impacts de la cimenterie sur l’environnement.

LAISSER UN COMMENTAIRE