Le PQ appuie les municipalités qui veulent devenir partenaires des futurs parcs éoliens

65

L’opposition officielle joint sa voix à la Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent pour que Québec réserve ses terres publiques aux projets éoliens issus d’un partenariat 50-50 entre les municipalités et les promoteurs privés.

Des députés du Parti Québécois ont tenu une conférence de presse, hier à l’Assemblée nationale, aux côtés de Richard Saint-Laurent, président de la Régie de l’énergie de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Les 2 régions veulent que le gouvernement réserve la moitié des futurs parcs à des partenariats entre les entreprises et les municipalités, pour un partage des investissements et des profits.

La régie est copropriétaire du parc Roncevaux avec Invenergy et impliquée avec le Bas-Saint-Laurent dans le parc Nicolas-Rioux. Le directeur, Gilbert Scantland, note que ce modèle de partenariat procurera 300 millions de dollars nets aux communautés sur 25 ans avec ces deux seuls parcs.  Le potentiel est donc immense si le gouvernement force les partenariats publics-privés dans le futur.

 

Les municipalités dépendent actuellement largement des revenus de taxation municipale qui sont limités dans la région. Cette avenue ne coûtera absolument rien au gouvernement du Québec, mais permettrait de faire croître les revenus des municipalités, soutient le porte-parole en matière d’Affaires municipales, Martin Ouellet.

 

Le potentiel est grand à la frontière américaine pour l’installation de nouveaux parcs.  Or, les communautés veulent profiter de cette opportunité pour faire grandir leurs revenus autonomes.

LAISSER UN COMMENTAIRE