PAS AVANT JANVIER

52

Le comité interministériel qui se penche sur l’avenir de l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec, à Grande-Rivière, ne déposera vraisemblablement pas son rapport à la fin du mois d’octobre comme prévu.

C’est, du moins, ce que déduit le nouveau directeur général du Cégep de la Gaspésie et des Îles, Yves Galipeau :

 

Actuellement, l’ÉPAQ n’accueille que neuf étudiants dans un seul de ses quatre programmes en pêche et aquaculture, soit mécanique marine.

Le mandat du comité interministériel est de trouver des solutions créatives pour que l’institution puisse contribuer au développement régional, en synergie avec l’industrie de la pêche et de l’aquaculture.

Le concept de guichet unique pour la formation et la recherche spécialisées dans le secteur est notamment à l’étude.

Yves Galipeau affirme que le dossier pourrait évoluer plus rapidement s’il y avait déclenchement d’élections provinciales cet automne :

 

Rattachée au Cégep de la Gaspésie et des Îles depuis 1969, l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec a été fondée il y a une soixantaine d’années.