Le ministre Jean-Yves Duclos répond aux travailleurs de la crevette

159

Le ministre responsable de l’assurance-emploi se dit prêt à regarder différentes avenues pour venir en aide aux travailleurs saisonniers qui ont été touchés par la crise de la crevette.

Le conflit entre les pêcheurs et les entreprises de transformation de la région ont privé les employés d’usine d’au moins 6 semaines de travail.

Cela pourrait diminuer le nombre de semaines d’assurance-emploi qu’ils obtiendront après leur contrat. Les travailleurs risquent donc de se retrouver sans revenus au printemps avant d’être réembauchés. Une situation que l’on appelle le trou noir.

Le ministre, Jean-Yves Duclos, qui a rencontré la CSN la semaine dernière,  ne veut cependant pas s’engager à mettre en place le programme de 5 semaines supplémentaires comme par le passé,  et ce, même si son gouvernement l’a fait l’été dernier pour des travailleurs dans l’Ouest canadien.

 

Le ministre fédéral manifeste cependant de l’intérêt à la mise en place d’un comité de concertation avec les acteurs socioéconomiques pour trouver des solutions afin de permettre aux employés saisonniers d’effectuer suffisamment de semaines de travail pour éviter le trou noir.

 

Le comité de concertation pourrait être élargi pour plusieurs régions aux prises avec le travail saisonnier et formé des municipalités régionales de comté, des propriétaires des usines de transformation et des syndicats.

1 COMMENTAIRE

  1. Dans son sens le plus large, les externalités sont des facteurs qui influencent de façon importante les conditions d’exercice du travail saisonnier. La disponibilité de la ressource et les variations de cette même disponibilité sont changeant a plusieurs égards et sont indépendants des cycles d’exploitation. Dans le cas de la crevette, l’usage de chaluts changent cependant les conditions de l’environnement de la pêche car ce type de pêche pourrait faire disparaître la ressources pour de longue période!

LAISSER UN COMMENTAIRE