L’ÉPAQ est confiante pour l’avenir

98

L’École des pêches et de l’aquaculture du Québec (ÉPAQ) à Grande Rivière est confiante que le gouvernement continuera de la soutenir financièrement.

Après avoir connu des années difficiles, avec peu d’inscriptions et une possibilité de fermeture, l’école est de retour sur la voie du succès depuis l’an dernier.

En 2014, Québec avait accordé deux ans de sursis à l’institution afin de trouver des solutions pour améliorer son achalandage. Après avoir atteint un creux en 2013, avec seulement 6 inscriptions dans les programmes de pêches, l’établissement en compte aujourd’hui 70.

Pour la directrice, Isabelle Jalbert, il s’agit d’une belle démonstration que l’ÉPAQ a effectué un  grand virage pour adapter ses programmes avec une formation par module, afin  d’attirer une plus grande clientèle.

 

Avec ce résultat, Isabelle Jalbert croit que le ministère de l’Enseignement supérieur continuera de soutenir l’école avec un budget annuel d’environ 2 millions de dollars, dont 800 milles pour les salaires des employés. D’ailleurs à la demande du gouvernement, un plan de développement sera déposé avec des actions à privilégier.

 

Le plan de développement devrait être présenté au début du mois de février et l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec s’attend à une réponse du gouvernement dans les semaines suivantes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE