LE RETOUR DU THON ROUGE

284

thon-rouge-prise

Le quota canadien de pêche au thon rouge augmente de 14 pour cent, cette année.

En 2014, le Québec comptait 53 détenteurs de permis, dont 27 en provenance de la Gaspésie. Il passe de 396 à 452 tonnes métriques.

Selon Pêches et Océans Canada, les pêcheurs de thon du Québec auraient droit à plus de 25 tonnes et demie.

Sylvie Lapointe, directrice principale de la gestion des ressources intégrées, précise que la biomasse du thon rouge de l’Atlantique a considérablement augmenté ces dernières années, en particulier dans le secteur est :

Du côté ouest, où pêche le Canada, la population de thon rouge de l’Atlantique se remet d’un effondrement causé par la surpêche d’il y a une trentaine d’années.

La Commission internationale pour la conservation de ce grand pélagique estime que sa biomasse est actuellement à plus de 50 pour cent de ce qu’elle était à son sommet des années 70 :

Le thon rouge suit habituellement les bancs de maquereau le long des côtes canadiennes et de l’Irlande.
Or, sous l’effet du réchauffement de l’eau, voilà qu’une trentaine de poissons ont été capturés dans les eaux jusque-là trop froides de l’Islande et du Groenland, l’automne dernier.

En 2014, les pêcheurs québécois ont eux-mêmes enregistré des débarquements de 20 tonnes, soit près d’une tonne et demie de moins que le total admissible.