L’augentation du salaire minimum à 15 $ en Gaspésie, pas pour l’an prochain

138

L’implantation du salaire minimum à 15 $ de l’heure devrait se faire graduellement, selon des intervenants gaspésiens.

C’est le cas de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs et le la CSN Conseil central Gaspésie Île-de-la-Madeleine.

Le débat entourant cet enjeu à des échos en Gaspésie, puisque selon différentes études, l’augmentation du salaire minimum aurait des effets bénéfiques sur l’économie, alors que pour d’autres, cela causerait des pertes d’emplois.

Pour sa part, la ministre du Travail, Dominique Vien, a confirmé en novembre qu’il y aurait une augmentation significative du salaire minimum, en écartant cependant du même coup de le hausser à 15 $ l’heure.

Le directeur de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs estime que les entreprises ne pourraient faire face à une augmentation aussi importante. Maurice Quesnel explique cependant qu’il serait pensable de la faire sur quelques années.

 

De son côté, la Chambre de Commerce et de Tourisme de Gaspé n’a pas encore pris position dans ce débat.

Le président de la CSN pour la région, Jacques Mimeault, explique qu’il faut se rendre au taux horaire de 15 $ de l’heure, sans pour autant l’exiger dans la prochaine année.

 

Selon une étude de l’Institut économique de Montréal, plusieurs MRC de la Gaspésie pourraient être touchées par des pertes d’emplois, si le nouveau taux horaire était implanté trop rapidement. De son côté, l’institut de recherche et d’information socioéconomique estime que les pertes d’emplois seraient minimes et que la nouvelle mesure aurait des impacts positifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE