Une interdiction de l’UE affecterait les pêcheurs de homard gaspésiens

302

Une interdiction de l’importation du homard nord-américain en Europe, comme le demande la Suède,  provoquerait une chute des prix qui affecterait certainement les pêcheurs de la Gaspésie.

C’est ce que croit le Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie qui représente 164 entreprises de pêches dans la région.

Un comité scientifique de l’Union européenne donne raison à la Suède qui craint que des homards vivants nord-américains qui sont importés ne se retrouvent dans ses eaux et provoque des maladies à leur propre espèce de homard. Depuis 2008, 32 homards nord-américains ont été retrouvés dans les eaux de la Suède.

Le directeur scientifique du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud, Jean Côté, explique que les craintes de la Suède sont peut-être trop hâtives.

 

La question du marché du homard en Europe est aussi une donnée qui pourrait jouer dans cette requête d’interdiction d’importation. C’est que la Suède vend plus cher son homard que celui nord-américain.

 

Jean Côté affirme que la situation sera suivie de près puisqu’une décision de l’Union européenne d’interdire le homard provenant du Canada et des États-Unis viendrait surement faire chuter les prix, ce qui aurait des répercussions pour les pêcheurs gaspésiens.

 

En 2016, les pêcheurs gaspésiens ont débarqué 4,2 millions de livres de homards au prix moyen de 6,47 dollars pour des retombées directes de 27 millions en revenus.

LAISSER UN COMMENTAIRE