Impacts plus ou moins dramatiques pour les agriculteurs gaspésiens

85

Le manque de précipitations n’a pas eu d’impacts dramatiques pour les agriculteurs gaspésiens.

La situation a été moins catastrophique que celle du Bas-Saint-Laurent pour différentes raisons. Premièrement, le début de saison frais et pluvieux a permis une bonne implantation des cultures et ainsi les plants ont pu se développer convenablement.

Également, moins de parcelles de champs dans la région sont composées de sable, souligne le directeur régional de l’Union des producteurs agricoles de la Gaspésie et des Îles, Marc Tétreault.

 

La production de foin a connu une bonne récolte pour la première coupe. Par contre, un retard dans la deuxième production a été remarqué. La même situation a aussi été observée pour le grain.

La production maraîchère est celle qui a subi les plus grandes conséquences dues à la température sèche des dernières semaines.

D’ailleurs, Étienne Goyer, propriétaire de la ferme Jardin du Village à Caplan, souligne qu’il s’inquiète davantage pour sa production d’automne.

 

Les conséquences négatives du manque de précipitations sont surtout reliées au système d’irrigation, selon lui.

 

Toutefois, si les pluies ne sont pas plus abondantes dans les prochaines semaines, les impacts pourraient devenir importants pour les productions maraîchères.

LAISSER UN COMMENTAIRE