Hausse de la taxe frontalière sur le bois d’oeuvre canadien

L’industrie canadienne du bois d’oeuvre est maintenant frappée par une taxe frontalière moyenne d’environ 27 % après que le département du Commerce eut annoncé hier l’ajout d’un droit préliminaire antidumping de 6,87 %, qui s’ajoute à un droit compensatoire de 19,88 %.

Ces deux mesures se chevaucheront pour environ deux mois puisque le droit compensatoire annoncé en avril dernier est en vigueur jusqu’à la fin du mois d’août.

Une fois que les autorités américaines auront pris une décision définitive, vers la fin de l’année, les deux tarifs pourraient de nouveau être appliqués en même temps.

Plusieurs acteurs de l’industrie canadienne du bois d’oeuvre dénoncent l’ajout d’un droit antidumping de 6,87 pour cent par le département du Commerce américain.

Le gouvernement du Québec qualifie la décision des États-Unis d’«abusive» et d’«injustifiée».

«Nous défendrons vigoureusement notre industrie du bois d’œuvre résineux, en intentant des actions s’il le faut. Nous nous attendons d’ailleurs à obtenir gain de cause comme par le passé», ont écrit conjointement dans un communiqué lundi soir le ministre des Ressources naturelles du Canada, Jim Carr, et de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

LAISSER UN COMMENTAIRE