FRACTURATION AVEC PROPANE

36

La méthode de fracturation que souhaite utiliser Pétrolia à l’île d’Anticosti en 2014 en fait sourciller plus d’un au sein du gouvernement Marois et chez les écologistes.

Le président de la firme voudrait effectuer de la fracturation en utilisant du propane plutôt que de l’eau. André Proulx estime qu’en procédant de la sorte, l’entreprise n’aurait pas à traiter les eaux usées en construisant des infrastructures sur l’île d’Anticosti.

Toutefois, les impacts de cette technique semblent encore peu connus.

Un porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, estime qu’il s’agit d’une autre technique dont les tests ont été effectués en laboratoire plutôt que sur le terrain. Selon lui, cette méthode suscite plus de questions que de réponses pour l’instant.

Du côté d’Équiterre, Steven Guilbault rappelle que très peu de détails sont disponibles en ce qui a trait aux impacts sur l’environnement et sur la santé. Il dit comprendre difficilement le gouvernement Marois dans ce dossier, ajoutant que le Parti québécois semble avoir une approche différente pour le gaz de schiste et pour le pétrole.

Le ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet dit être méfiant face à cette approche, sans toutefois être trop inquiet.

Pendant ce temps, la méthode que souhaite utiliser Pétrolia a stimulé son action, qui a clôturé en hausse de 9,68 % à la Bourse de Toronto.