Comment éviter un crash démographique?

113

La population de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine enregistre les plus importantes pertes de population au Québec, mais le rythme de ce déclin pourrait ralentir dans les 20 prochaines années.

 

Beaucoup plus de décès que de naissances. Une population bien plus âgée que celle de l’ensemble du Québec. Un taux de fécondité inférieur à la moyenne provinciale. Le dernier bilan démographique de la région dresse un portrait sombre, mais une lueur d’espoir pourrait bien se dessiner à l’horizon et freiner le déclin de population en Gaspésie, selon la démographe Chantal Girard.

 

Le départ des jeunes vers d’autres régions est un des éléments importants du déclin de la population. La Gaspésie continue d’afficher un solde migratoire négatif dans ses échanges avec les autres régions, mais le déficit s’est réduit au cours de la dernière année.

 

Si les pertes de population entre 2011 et 2015 se sont accélérées comparativement à la période comprise entre 2006 et 2011, les prévisions laissent entrevoir qu’elles se stabilisent à un niveau similaire à celui enregistré entre 2001 et 2006.

 

La démographe de l’Institut de la statistique du Québec parle aussi d’un nouveau phénomène que l’on observe en particulier dans la région.

 

Selon les prévisions, la région pourrait compter environ 91 000 habitants en 2036, soit 4 % de moins qu’en 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE