DES NORMES DE QUALITÉ

37

Le conseil canadien du homard lance le processus visant à mettre en place un programme de contrôle de qualité national.

Les travaux toucheront le marché du homard vivant et celui du homard transformé.

Or, l’objectif du projet est de réunir l’industrie autour de normes qui seront basées sur la qualité du homard.

Plusieurs critères seraient établis, comme la dureté de la carapace, le niveau de protéines sanguines et la présence des 2 pinces.

Le respect des plus hauts standards de qualité servira à déterminer le prix de vente du crustracé, au même titre que les grades de qualité dans le bœuf pour son goût ou pour les œufs, pour la densité des blancs et la forme parfaite des jaunes.

Par exemple, la mise en place d’un programme semblable pourrait éviter que l’Île-du-Prince-Édouard, mette en marché des homards vivants à carapace molle, considéré comme de moins bonne qualité.

Le conseil canadien du homard souhaite le lancement d’un projet-pilote l’an prochain.

Le Québec n’a pas adhéré au projet pour le moment.