La Côte-de-Gaspé se remémore la Bataille du Saint-Laurent

165

Plusieurs activités auront lieu dans les prochains jours pour souligner les 75 ans de la Bataille du Saint-Laurent, dont la majorité des épisodes se sont déroulés dans les eaux gaspésiennes.

Dès aujourd’hui, le village de Saint-Yvon entamera une fin de semaine d’activités s’orchestrant autour de la torpille allemande lancée en septembre 1942 et qui est venue frapper le cap de Saint-Yvon. La torpille, qui avait été cédée au Musée de la Gaspésie il y 30 ans, fait maintenant partie de l’exposition permanente et fera le voyage jusqu’au village. Elle pourra être admirée sous le chapiteau près du Chalets des sports.

D’autres événements sont prévus pendant les trois jours, dont un feu d’artifice qui devrait avoir lieu ce soir à 20 h. Les festivités reprendront samedi dès 14 h 30 avec une présentation des familles pionnières, et plus tard une exposition de photos anciennes et une conférence des Fusiliers du Saint-Laurent. Un souper sous le chapiteau et une soirée dansante viendront clore la journée. Le dimanche, un pique-nique familial se tiendra à midi, suivi d’un après-midi musical. Rappelons qu’en septembre 1942, le sous-marin allemand U-517 avait tenté de torpiller le navire marchand Meadcliffe Hall à la hauteur de Saint-Yvon, mais l’engin avait manqué sa cible pour aller s’échouer à même la falaise, comme l’explique un témoin de la scène, Ephrem Poirier.

 

La Bataille du Saint-Laurent sera également soulignée au Berceau du Canada la fin de semaine suivante. Le samedi 9 septembre, le tout démarrera dès 11 h avec une cérémonie protocolaire de la Légion Canadienne. Plusieurs autres activités se tiendront dans l’après-midi, dont une projection historique, une conférence sur la Première Guerre mondiale et une conférence de Fabien Sinnett sur la Bataille du Saint-Laurent. Une exposition sera aussi déployée. Les activités se poursuivront le dimanche avec notamment une causerie et des témoignages de Jacques Plourde, Guy Ste-Croix et Gérald Giasson.

LAISSER UN COMMENTAIRE