Un conciliateur nommé dans le dossier de la crevette

751

Un conciliateur est nommé par le gouvernement du Québec pour dénouer l’impasse entre les pêcheurs et les transformateurs de la crevette de Gaspé.

C’est l’Association Québécoise de l’Industrie  de la Pêche qui en a fait la demande pour tenter de trouve un terrain d’entente sur le prix au débarquement.

Le directeur de l’organisme, Jean-Paul Gagné, affirme qu’après un mois il faut régler le dossier puisque les transformateurs perdent des ventes sur le marché de la crevette fraîche. Cette dernière est déjà disponible grâce à la production qui est démarrée dans d’autres usines.

 

D’ailleurs, pour démarrer leurs opérations, les usines de Terre-Neuve seraient sur le point d’offrir davantage que les 95 cents proposés aux pêcheurs de cette province pour qu’ils prennent la mer. Une situation qui pourrait inciter certains pêcheurs d’ici à débuter la saison en livrant leur cargaison à cet endroit en attendant, que le conflit se règle.

Le directeur de l’Office des pêcheurs de crevettes de Gaspé, Patrice Élément, a bon espoir d’en venir à une entente d’ici là.

 

Le président du Conseil central de la CSN pour la région, Jacques Mimeault, trouve la situation inquiétante pour les travailleurs d’usines qui commencent à être sans revenu en raison de la fin des prestations d’assurance-emploi. Il lance un appel à la solidarité aux deux parties pour éviter de favoriser des travailleurs à Terre-Neuve.

 

Le conciliateur devrait solliciter une rencontre dans les prochains jours avec les transformateurs et les pêcheurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE