Compressions en santé : Des répercussions sur les services à la population?

328

Le CISSS de la Gaspésie affirme que les compressions en santé n’ont pas d’impacts sur les services à la population, alors que les représentants syndicaux croient le contraire.

Depuis deux ans, le budget en santé pour la région a été réduit de 26,5 millions de dollars de différentes manières par le ministère de la Santé.

Jusqu’à maintenant, près de 21 millions ont été retranchés l’an dernier alors que le Centre intégré de santé et de services sociaux tente de terminer 2016-2017 en équilibre en éliminant un autre 6 millions de dollars.

Selon la pdg du CISSS, l’opération d’équilibrage du budget  n’est pas facile et demeure fragile. Même avec cette situation budgétaire, Chantal Duguay continue d’affirmer que les services en santé à la population ne sont pas diminués pour autant.

 

La présidente du syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l’Est du Québec n’est pas du même avis. Micheline Barriault estime que la qualité et la sécurité des soins sont touchées par ces compressions.

 

Le président régional de la CSN, Jacques Mimeault, est du même avis. Celui qui représente des employés de soutien et des professionnels de la santé en Gaspésie explique qu’il est impossible de couper un budget de 26,5 millions sans toucher les services à la population.

 

1 COMMENTAIRE

  1. La direction du Le CISSS de la Gaspésie prend vraiment les gens pour des valises. Lorsqu’il y a une attente de un an juste pour passer un test d’audition, il y a des questions à se poser, et on nous conseille d’aller au privé pour un coût de 80 $ . Une façon d’envoyer les gens se faire traiter au privé, beau service ! Et on ne parle pas de la longueur d’attente à l’urgence, que le Dr. Barrette devait régler, rien n’a changer à ce niveau. Faudra arrêter de rire des gens.

LAISSER UN COMMENTAIRE