La CAQ reconnaît avoir du travail à faire en Gaspésie

73

La responsable des dossiers gaspésiens à la Coalition Avenir Québec reconnaît que son parti a du travail à faire pour séduire l’électorat de la région.

Par le passé, le parti de François Legault a pris des positions qui allaient souvent à contre-courant avec celles de la Gaspésie.

Ce fut le cas avec la filière éolienne et la cimenterie qui sont défendues bec et ongles par les élus de la région. Même si le projet de Ciment McInnis est fortement contesté, il est aussi vu par plusieurs comme une bouée de sauvetage économique.

Sylvie D’Amours rappelle que cette prise de position n’était pas contre l’économie gaspésienne, mais plutôt contre le projet industriel le plus polluant de l’histoire.

 

D’ailleurs, l’argument économique lié à la cimenterie ne tient pas la route, selon la députée de Mirabel. Elle explique que ce projet risque de faire fuir les touristes, en plus de présenter des dangers pour l’industrie de la pêche, entre autres. Elle croit aussi que si le gouvernement avait investi dans plusieurs projets au lieu d’un seul, la situation économique pourrait être différente.

 

Annoncé à l’origine comme un projet de 1,1 milliard de dollars, le chantier de la cimenterie coûtera finalement 450 millions de dollars de plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE