CanAquaculture rencontre un obstacle dans sa recherche d’embryons de saumon

141

CanAquaculture rencontre des difficultés avec la réglementation entourant l’approvisionnement d’embryons, qui assurera la viabilité de son projet d’élevage de saumon à Grande-Rivière.

L’entreprise est en ce moment en démarche pour obtenir les permis nécessaires des gouvernements fédéral et provincial pour pouvoir garantir un approvisionnement suffisant.

Il s’agit d’un enjeu déterminant selon le directeur des relations publiques, Jean-Sébastian Thériault, qui explique être dans l’obligation d’importer des œufs  de l’extérieur. Il affirme qu’il n’y a pas d’entreprise au Québec pour répondre à la demande.

CanAquaculture veut donc se tourner vers l’Islande où un producteur d’embryons de saumon pourrait approvisionner l’élevage de Grande- Rivière. Cependant, selon le directeur,  les normes actuelles de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et du ministère de l’Agriculture,  des Pêcheries et de l’Alimentation pour obtenir les permis compliquent la situation.

 

Pour réussir à se conformer, l’entreprise tente de démontrer qu’il n’y a aucun danger que son procéder d’élevage en bassin sur terre contamine les saumons de l’Atlantique dans les eaux du Québec.

 

Les discussions se poursuivent avec les deux ministères et l’entreprise est confiante de régler cette procédure administrative pour obtenir ses permis.  Entre temps, CanAquaculture a retardé son projet d’un an et fixé le début de la construction en 2018 pour commencer la production en 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE