9e édition des Percéides : Plus de films, plus de lieux de diffusion et plus de cinéphiles

115

Plus de films, plus de lieux de diffusion et plus de cinéphiles : C’est ainsi qu’on peut résumer la dernière édition des Percéides.

Le Festival international de cinéma et d’art de Percé a fermé, dimanche, sa 9e édition. Une centaine de courts et de longs métrages y ont été présentés en 5 jours et 70 artisans du cinéma se sont rendus sur place pour rencontrer le public.

En plus des projections à la Vieille Usine de L’Anse-à-Beaufils, quelques présentations ont été faites dehors sous les étoiles, au centre-ville de Percé, et également dans l’ancien Centre d’art de Percé.

Selon le directeur artistique, François Cormier, l’augmentation du nombre de films et de lieux de diffusion a eu un impact sur l’achalandage.

 

Il est trop tôt pour quantifier les entrées pour cette année, mais en 2016, entre 4000 et 5000 festivaliers avaient été comptabilisés.

D’ailleurs, la 10e édition est déjà en préparation, selon François Cormier.

 

De plus, le Météore Grand prix du jury a été remis à Olivier Godin, pour son film « Les arts de la parole ». Le prix Gaspésie-Les-Îles a pour sa part été décerné au cinéaste québécois, Jonathan Tremblay, pour son court métrage « L’air du vent », dont des scènes ont été tournées dans la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE