Les associations LGBT pour contrer l’isolement qui affecte la santé mentale

496

L’isolement dont souffrent les personnes LGBT en Gaspésie pourrait être contrée par un meilleur soutien aux regroupements régionaux, selon un chercheur du CIRADD.

Laurence Lépine dévoilait cette semaine les faits saillants d’une enquête qu’il a réalisée auprès de 291 personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles de la Gaspésie. Le sentiment de solitude est très fort et affecterait leur santé mentale, selon lui.

 

Il ressort aussi que les hommes gais et bisexuels sont davantage victimes d’actes physiques ou de paroles homophobes que les femmes. Plusieurs femmes auraient aussi déjà pensé à quitter la région parce qu’elles ne trouvaient pas de compagne et 34 % des répondants auraient déjà eu des pensées suicidaires.

Laurence Lépine espère que les décideurs publics sauront utiliser ces rares données régionales pour intervenir adéquatement auprès de cette communauté, notamment en investissant dans les regroupements régionaux.

Sur la Pointe Gaspésienne, il existe l’Association LGBT du Rocher-Percé et le Comité LGBT + Côte-de-Gaspé.

Une des porte-paroles du comité basé à Gaspé, Ève Brière, explique à quel point le réseautage est important.

 

Le Comité LGBT + Côte-de-Gaspé souhaite organiser un événement rassembleur dans les prochains mois à Gaspé.

LAISSER UN COMMENTAIRE